Traitement de la Fibromyalgie : la PNL est-elle une thérapie sérieuse ?

La recherche de traitement de la fibromyalgie est au cœur du parcours médical d’un malade diagnostiqué. En effet, il existe autant de manières de soulager ce syndrome qu’il y a de malades : encore peu comprise aujourd’hui, la fibromyalgie fait l’objet de recherches médicales et les personnes qui en sont atteintes cherchent elles aussi des pistes pour apprendre à vivre avec.

Prenant en charge les douleurs chroniques et en particulier la fibromyalgie, la PNL (Programmation neurolinguistique) s’affiche de plus en plus comme un complément au parcours de soin classique. Est-ce une thérapie sérieuse et fiable ? Que peuvent en attendre les malades de fibromyalgie ?

La PNL : une thérapie non médicamenteuse

L’une des voix de succès du traitement de la fibromyalgie est la thérapie non médicamenteuse. En traitement de première intention, les malades de la fibromyalgie sont orientés vers une approche non pharmacologique pluridisciplinaire. La PNL (Programmation neuro linguistique) fait partie des pistes à explorer.

Qu’est-ce que la PNL (Programmation neuro-linguistique) ?

La PNL a émergé aux Etats-Unis dans les années 70, lorsque John Grinder (linguiste) et Richard Bandler (mathématicien et psychologue) ont identifié des schémas comportementaux, cognitifs et linguistiques propres aux personnes reconnues pour leur talent en communication. Progressivement, ils se sont attachés à transmettre ces schémas afin de mettre à la disposition de tous les moyens d’améliorer leur compétence en communication interpersonnelle et compréhension de soi.

Maître Praticien en PNL : comment choisir un professionnel ?

Depuis, la PNL et ses praticiens ont parcouru un long chemin et les motifs de consultation sont de plus en plus nombreux. Confiance en soi, motivation, lutte contre l’anxiété ou le stress… Chaque problématique de vie trouve sa place en séance de PNL. Toutefois, cette thérapie brève et naturelle se révèle particulièrement efficace dans la prise en charge de la douleur, et notamment des douleurs chroniques comme la fibromyalgie. Pour choisir le professionnel de PNL qui convient à votre situation, il est utile de se pencher sur leur expertise et leur spécialité. Ainsi, il existe des Maîtres Praticiens en PNL spécialisés dans la fibromyalgie, d’autres, dans la préparation mentale aux examens et épreuves sportives ou encore, dans la relation parents-enfants.

Le traitement des douleurs chroniques avec la PNL

Comment se déroule une séance de PNL pour les douleurs chroniques ?

La consultation repose dans un premier temps sur un échange verbal entre le consultant et le praticien PNL, au cours duquel la personne présente son histoire avec la maladie et sa situation actuelle. L’exercice qui suit est un exercice de visualisation. La personne est invitée à fermer les yeux et à se détendre par des mouvements de respiration contrôlée. Puis, à la demande du Maître PNL, elle imagine son corps en train de réaliser un mouvement habituellement douloureux. Elle réussit à le faire et à le répéter sans ressentir de douleur. Progressivement, elle opère le mouvement de plus en plus ample, la douleur étant toujours absente. En même temps, elle prend conscience que son corps lui transmet un signal avec cette douleur, que cette douleur est avant tout l’empreinte d’une blessure émotionnelle, et non la conséquence d’une maladie. Le malade accueille la douleur et l’accepte. Lorsque la visualisation est terminée, la personne qui consulte se lève et réalise à nouveau le geste, cette fois-ci de manière réelle. La séance est réussie si le mouvement ne provoque aucune douleur.

Êtes-vous atteint de fibromyalgie ?

Longtemps considérée comme une maladie féminine et psychosomatique, la fibromyalgie est aujourd’hui reconnue par l’OMS comme une douleur chronique généralisée : elle est désormais inscrite dans la classification internationale des maladies (CIM).

Plusieurs freins empêchent une évaluation précise du nombre de malades atteints de fibromyalgie : lenteur du diagnostic, non consultation par les malades, hétérogénéité des profils et symptômes… Toutefois, on estime la prévalence de la maladie de 1,5 % à 2 % de la population adulte en France, soit environ 1,5 millions de malades concernés. Les femmes sont plus touchées, et le pic auquel se déclare la maladie se situe entre 40 et 50 ans.

Fibromyalgie : courte définition médicale de la maladie

Décrite comme une douleur chronique diffuse, la fibromyalgie est “un syndrome constitué de symptômes chroniques d’intensité modérée à sévère incluant des douleurs chroniques diffuses sans cause apparente et une sensibilité à la pression, associées à de la fatigue, des troubles cognitifs et du sommeil et de nombreuses plaintes somatiques”.

L’OMS la qualifie de douleur nociplastique : le système de détection et de contrôle de la douleur semble être en cause dans la maladie.

Douleur physique, manque de sommeil, trouble de l’humeur : les conséquences de la fibromyalgie sur le quotidien du malade peuvent être désastreuses, pouvant conduire à la dépression voire aux pensées suicidaires.

Les symptômes

La fibromyalgie s’apparente à d’autres maladies chroniques (migraines, syndrome du côlon irritable, lombalgie…). Comme elles, elle se manifeste par des symptômes neurologiques (douleurs aux muscles, articulations, fourmillements, hypersensibilité sensorielle…), une fatigue chronique, des troubles du sommeil ainsi que des troubles anxieux modérés à sévères. Comme toute douleur chronique, la fibromyalgie réduit aussi la concentration et les capacités d’apprentissage comme physiques.

Vivre avec la fibromyalgie

Si les degrés d’intensité et les fréquences des crises varient en fonction des individus, la fibromyalgie reste un syndrome très impactant sur la vie quotidienne. Elle demande souvent une adaptation du travail et du mode de vie de la personne fibromyalgique. Le fait qu’il n’existe pas de traitement de la fibromyalgie à proprement parler entraîne des conséquences graves sur la santé mentale des malades.

Il semble donc indispensable au malade d’être pris en charge non seulement au plan corporel (pratique d’un sport doux et adapté comme le yoga ou prise d’antalgiques en cas de crises) et psychologique (comme avec la PNL).